Presse

Encart dans Sud-Ouest - 5 Mai 2009

 

Mardi 05 Mai 2009


MÉRIGNAC, CULINAIRE. Adepte de la cuisine bio, Magali Maire vient d'ouvrir un établissement de restauration à emporter dans le quartier du Jard. Il fonctionne uniquement le midi

Le bio à toutes les sauces

Comme chaque lundi matin, Patrice est aux fourneaux pour aider sa compagne. Les mains plongées dans un récipient, il travaille délicatement les ingrédients entrant dans la composition de sa pâte sablée. À ses côtés, Magali sort une quiche lorraine du four. Encore fumante. Le plat du jour est également arrêté : ce sera tajine de poulet aux amandes, miel et raisins.

Malgré l'exiguïté du laboratoire, le couple évolue sans se marcher sur les pieds. Question d'habitude. Ouvert depuis peu, Miss Tartine est un établissement de restauration à emporter, situé rue du Jard. « Le nom se veut un clin d'oeil au restaurant Dame Tartine Beaubourg, à Paris. C'est facile à retenir. On l'a aussi choisi parce qu'on vend des tartines de pain de campagne », détaille la patronne des lieux.

Le souvenir du jardin potager

Signe particulier de la boutique, les plats sucrés ou salés servis pour combler le petit creux de midi sont issus de produits exclusivement bio. « On souhaitait se démarquer. Le marché de la restauration rapide étant dominé par la pizza et le kebab, on voulait quelque chose de différent. Le bio dénote une volonté de manger mieux, avec des produits sains. Et la concurrence dans ce domaine est moins acharnée », argumente Magali, qui n'a pas eu à forcer sa nature pour cela.

« J'ai été à bonne école. Mes parents possédaient un jardin potager. Ils cultivaient fraises, petits pois, tomates... Jeune, j'ai eu la chance de manger des produits goûteux, en respectant le rythme des saisons. J'ai aussi vécu au contact d'une tante qui vit et mange bio depuis plus de trente ans. Elle en connaît un rayon sur ce thème. »

Histoire d'une reconversion

À l'exception de l'eau et du sel, tous les légumes et viandes utilisés par Miss Tartine proviennent de fournisseurs soumis à une obligation de certification. « On s'approvisionne chez Docteur Knock pour le gros conditionnement (céréales, oeufs sucre...) et chez Biocoop pour les courses de frais. J'y vais fréquemment car les produits biologiques n'ont pas de conservateur. Ils sont périssables plus rapidement. »

Au-delà des plats traditionnels, le couple essaie d'apporter un peu de soleil dans les assiettes. Poulet Yassa ou à l'indienne, rougails (plat de la Réunion), porc au caramel ou colin à la vanille, le commerce, installé en face du stade du Jard, fait chaque jour son tour du monde culinaire. En tentant de ressusciter des céréales anciennes ou rares comme le petit épeautre, le kamut, le riz quinoa, l'orge ou le boulgour de Sarrasin.

L'ouverture de Miss Tartine est le résultat d'une reconversion professionnelle pour Magali Maire. Dans un passé pas si lointain, cette ancienne assistante de direction enchaînait les missions d'intérim. Elle a tout plaqué il y a trois ans et demi pour élever sa fille. « Nous en avons profité pour réfléchir et monter ce projet. » Même si la conjoncture n'est pas toujours très souriante, la jeune cuisinière ne regrette rien.

Auteur : Olivier delhoumeau
o.delhoumeau@sudouest.com


Encart dans Mérignac Magazine - Mars 2009

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site